jeudi 20 mars 2008

Strange fruit Project - The Healing

Il faudra bien un jour qu'un critique finisse par l'avouer, le Hip-Hop des années 2000 est loin d'égaler en qualité les sorties des deux décennies précédentes. Il n'y a plus de cette émulation du Golden age ou ces espèces de tremblements de terre qu'ont figuré à leur sorties des disques aussi variés que le "It takes a nation of millions to hold us back" de Public Enemy, "Illmatic" de Nas ou encore le "Enter the Wu-Tang (36 chambers)" du Clan. Cet age là paraît loin, le mot à la mode est devenu "producteur", il est l'homme à tout faire du Hip-Hop, celui par lequel le beat arrive et permet l'ascension des charts. Mouais, même s'il faut reconnaître à ces beatmakers tels Madlib, Jay Dilla, Prefuse 73, 9th wonder, ElP et moultes autres tarés de la console studio un réel talent (suffit d'écouter les sons concoctés par Madlib pour le Percee P pour se convaincre deson énorme talent, il suffit d'embrasser du regard la foules des productions commises par Jay Dee durant son existence pour vouloir subitement ordonner sa canonisation, et pareil évidemment pour Prefuse, 9th wonder, Jneiro Jarel, Ohmega Watts, etc). Mais tous ces disques même s'ils sont techniquement parfaits, conceptuellement très pensés (le dernier Prefuse 73 remporte ici la palme), c'est artistiquement que les questions se posent en plus grand nombre. Quel crédit accorder sur le monde extérieur (la Rue si chère au Hip-Hop) à un gars qui ne fait qu'entrer dans son studio et se ficher derrière une console (je schématise bien entendu) ? Un gars qui ne fait que convoquer des emcees sur la foi de leurs préstations passées, que vaudrait cette démarche là ? En quoi le produit fini nous renseignerait-il sur le quotidien de la Rue américaine ? Alors lorsque les esgourdes se posent sur les quelques disques de groupe que produit encore le Hip-Hop, c'est toute la presse qui s'emballe (voir cette dernière en 2005 au sujet de little Brother). Or avec ce Strange Fruit Project au nom si particulier pour la conscience noire-américaine, nous retrouvons un album d'un ton assez propre, au timbre non pas inédit car soulfull mais bel et bien personnel, leur son à eux en somme. Strange Fruit Project c'est trois emcees producteurs : Myone, Symbolyc One et Myth tout trois originaires de Waco, Texas. Ca forge un caractère. Et naturellement Erykah Badu intervient dans ce disque en tant que régionale de l'étape et sur un titre particulièrement réussi, surement ce qu'ellle a fait de mieux depuis sa participation au "Electric Circus" de Common. Voilà donc un très bon disque, qui ne fait pas durer le son artificiellement, avec beaucoup de très bons tracks et un morceau monstre : "Ready Forum". Enjoy !



2 commentaires:

SOLO TAPE a dit…

Ce morceau est une tuerie!

thyuig a dit…

Chouette un commentaire !!! :o)

Et oui, ce morceau est une tuerie, l'album aussi est très bon, particulièrement le featuring d'Erykah Badu "get live" !