jeudi 10 juillet 2008

Vrac de lecture

Une impression irrépressible de déjà-vue pendant la lecture. Je pense à autre chose un jour ou deux pour que finalement seul cet album s'impose dans mon esprit. Ce n'était pourtant pas gagné d'avance, la deception vis à vis du dessin de Perriot premièrement, son élégance enfuie, la vitesse de son trait disparue, et puis deuxièmement cette sensation de relire une histoire mille fois lue, Malherbe bien maladroit par moments. Et puis finalement la mise en place d'une unicité de ton et d'ambiance assez appétissante et surtout qui reste longtemps en bouche. On repense à cette yourte emplie de chefs militaires, ceux de Corto en Sibérie, ce même baron vraiment barré, de la neige sanglante plein la tête et les aspirations sibériennes. Un premier tome qui plante au final sa taïga fournie et oppréssante à sa façon, et dont la toute dernière case donne l'irrépressible envie d'en connaître le dénouement.


Ce Baru là est un bon cru, noir en bouche, lourd en teneur et en propos, le scénario de Pierre Pelot ne faisant pas dans la demi-mesure. Ici les personnages sont tous plus ou moins des erreurs congénitales, comme si on n'avait fait que baiser tous ensembles pendant deux siècles entiers. La caricature perce sous ce tableau mais la finesse de Pelot rattrappe toujours le coup. Il aurait été aisé de verser dans un pathos à la Grangé, à gerber. Baru est élégant, son style et ses couleurs collants impéccablement à ce type de récit, quand les personnages livrent et mettent en scène leurs emportements. Un très bon cru donc, qui comme tout grand cru se déguste à un prix prohibitif, Rivages vous ayant déjà vendu le Pelot original, vous reprendrez bien une rasade de Baru pour 15 euro ?!

3 commentaires:

Marshall_joe a dit…

Le baru, je l'ai trouvé un peu léger. Trop vite lu. C'était un roman ou une nouvelle à la base ?

thyuig a dit…

Un court roman.
Leger pour le prix qu'il coûte, mais quand t'y penses, y'a une réelle efficacité de traitement dans cette histoire. C'est vif et ça perd pas de temps. Perso j'aime, j'aurais préféré qu'on me le prête ceci dit.

Marshall a dit…

Oui par contre, graphiquement, Baru n'a jamais été aussi fort.
Moi, Baru fait partie de ces rares auteurs ou je dois tout posséder. Même les moins bons, je veux pas qu'on me les prête !