jeudi 17 juillet 2008

C.R. Avery - Magic hour sailor songs

Depuis quelques temps, je prends les coups de coeur du magazine Vibrations avec des pincettes. D'une part parce que plus que partout ailleurs, la musique est une affaire d'immédiateté, et l'on sait bien que dans ce cas-là, l'immédiate nouveauté a davantage tendance à inspirer le dégoût et le rejet que l'osmose totale. De plus, par expérience je sais que si je me retrouve dans la majeure partie de leurs choix ( ceux de la rédaction de Vibrations pardi !), celui de la selection du mois est plus ambivalent, selon qu'il récompense véritablement la perle ou au contraire satisfait l'appétit musical d'un instant.
C.R. Avery avait sur le papier le goût d'une courte échappée, d'une mode un peu éphémère. Beat-boxer, chanteur, harmoniciste inspiré, gueule de boxeur version Tom Waits, la chemise jetée, ça respirait l'Attitude dans toute sa splendeur, un condensé de coolitude. Je décidais donc de laisser reposer le bonhomme quelques temps avant d'attaquer sérieusement l'écoute de son disque Magic Hour Sailor Songs. Idiot un jour, idiot toujours. Dans les années 70 à NYC j'aurais surement regardé passer Tom Waits en me moquant, honte à moi !
Magic Hour Sailor Songs est un superbe album, varié, riche d'influences diverses, on y croise tour à tour les fantômes de Tom Waits, de Bruce Springsteen version Nebraska, les raps de Soso et surtout de Buck 65 ne sont pas loin. D'ailleurs, c'est à ce dernier que l'on pense immédiatement à l'écoute de certains titres, fortement blues et malades. Que dire de plus sinon que le disque s'étire comme on enquille les bières au comptoir d'un rade enfûmé, que boire en compagnie des fantômes de Dylan, Tom Waits et Springsteen, sur des textes d'Allen Ginsberg, ça jette un peu la classe tout de même. Ca pourrait même faire des envieux si d'aventure le public se passionnait pour autre chose que la merde en tube cathodique qu'on lui sert 24/24, mais à ce compte là, il vaut mieux boire seul que mal accompagné.
En bonus, un titre du précédent disque, à vous de voir s'il convoque en vous quelques spectres ailés :


News Travels Fast (Train Whistle) - The C.R. Avery Band

2 commentaires:

SOLO TAPE a dit…

Il me faisait de l'oeil cet album. Tu confirmes donc. Par contre, pas moyen de mettre la main dessus...

thyuig a dit…

Amazon powa !